Le ministre français de l’Ecologie claque la porte sur un constat d’échec

Paris – “Je ne veux plus me mentir”: faute d’obtenir des avancées suffisantes en matière d’environnement, le populaire ministre français de la Transition écologique Nicolas Hulot a jeté l’éponge mardi 28 août, un coup dur pour le président Emmanuel Macron qu’il n’avait pas prévenu de sa démission.

“Je prends la décision de quitter le gouvernement”, a déclaré Nicolas Hulot lors d’une interview en direct sur la radio France Inter, après avoir confié qu’il se sentait “tout seul à la manœuvre” sur les enjeux environnementaux au sein de l’exécutif.

“Je vais prendre la décision la plus difficile de ma vie, je ne veux plus me mentir, je ne veux pas donner l’illusion que ma présence au gouvernement signifie qu’on est à la hauteur sur ces enjeux-là”, a ajouté l’ex-animateur de l’émission de télévision à succès Ushuaïa.

“Nous faisons des petits pas, et la France en fait beaucoup plus que d’autres pays, mais est-ce que les petits pas suffisent… la réponse, elle est non”, a-t-il considéré, la gorge nouée, ajoutant en avoir “terminé” avec la politique.

Il s’agit d’un coup dur pour Emmanuel Macron, qui avait réussi à convaincre le populaire M. Hulot d’entrer au gouvernement en mai 2017.

Plus d’un Français sur deux estiment que la démission de Nicolas Hulot est une “mauvaise chose” pour la France (55% contre 43%) et pour le gouvernement (65% contre 34%), selon un sondage réalisé mardi par Odoxa pour Le Figaro et Franceinfo.

Selon cette enquête, 58% des Français (contre 41%) jugent que Nicolas Hulot a été un bon ministre, alors qu’un autre sondage publié mercredi, réalisé par Harris Interactive,  indique au contraire que 55% (contre 45%) tirent un bilan négatif de ses quinze mois au gouvernement.

Cette démission spectaculaire intervient avant une rentrée qui s’annonce difficile pour le chef de l’Etat. En baisse dans les sondages et secoué cet été par l’affaire Benalla, du nom de son ancien collaborateur accusé de violences lors d’une manifestation, M. Macron doit composer avec une croissance économique moindre qu’espéré et peine à convaincre ses partenaires de l’UE de renforcer l’intégration européenne.

La démission de M. Hulot, 63 ans, est d’autant plus douloureuse pour le président que l’ex-journaliste ne l’avait prévenu ni lui, ni le Premier ministre Édouard Philippe.

“Je sais que ce n’est pas très protocolaire”, a-t-il admis, confiant sa crainte qu’ils cherchent “une fois encore” à le “dissuader” de démissionner.

– “Un homme libre” –

Depuis Copenhague, où il est en visite,  M. Macron a déclaré “respecter” la décision de Nicolas Hulot, “un homme libre”.

“Je respecte sa liberté, je souhaite compter sur son engagement sous une autre forme et là où il sera”, a dit le président, en défendant son bilan en matière écologique.

“En 15 mois, ce gouvernement a fait plus qu’aucun autre dans la même période sur ce sujet”, et ce travail “va se poursuivre”, a-t-il affirmé.

Dans une interview publiée mercredi dans le quotidien régional Le Dauphiné Libéré, le Premier ministre a assuré que son gouvernement resterait mobilisé sur l’environnement. “Le gouvernement va continuer à avoir un ministre en charge de la Transition écologique, ça ne fait aucun doute”, a-t-il déclaré.

Courtisé de longue date par le pouvoir politique, M. Hulot avait été une des recrues majeures lors de la formation du gouvernement actuel, alimentant de nombreux espoirs.

Mais si l’ancien militant a enregistré des victoires comme l’abandon de la construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes dans l’ouest de la France, il a aussi connu des déceptions et a été contraint de faire des compromis.

Il avait notamment dû endosser le report de l’objectif consistant à ramener la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50% en 2025, ou l’entrée en vigueur provisoire de l’accord de libre échange UE-Canada (Ceta). Et lundi, veille de l’annonce de sa démission, l’Elysée avait annoncé que le prix du permis de chasse serait diminué par deux.

“Quel gâchis! Il aura essayé mais n’a jamais pu s’imposer dans un gouvernement pour lequel l’écologie n’est qu’un vernis”, a commenté Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France.

Selon le sondage réalisé par Odoxa 88% des personnes interrogées partagent le sentiment de Nicolas Hulot que l’écologie n’est pas la priorité du gouvernement.

L’opposition a immédiatement réagi pour tirer à boulets rouges sur M. Macron.

Le président du parti Les Républicains (LR) Laurent Wauquiez a ainsi déclaré qu’il pouvait “comprendre” que Nicolas Hulot “se sente trahi” par Emmanuel Macron, “comme pas mal de Français”.

Pour le chef de file de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, ce départ constitue “un vote de censure contre Macron”.

“Nicolas Hulot a eu du courage d’essayer de faire changer les choses à l’intérieur de ce gouvernent anti-écolo, c’est la fin d’une illusion et du bal des Tartuffes”, a estimé Yannick Jadot, tête de liste d’Europe Ecologie Les Verts pour les européennes.