Royaume-Uni: trois candidats encore en lice pour succéder à Theresa May

Londres – Trois candidats restent en lice pour succéder à la Première ministre britannique Theresa May, le 20 juin, à l’issue du quatrième tour du vote des députés conservateurs pour désigner le prochain chef du parti et du gouvernement:

— BORIS JOHNSON

Ancien maire de Londres et ex-ministre des Affaires étrangères de Mme May, Boris Johnson, tenant d’un Brexit dur, a confirmé une nouvelle fois son irrésistible ascension vers la plus haute marche du pouvoir en obtenant 157 voix des députés conservateurs, sur 311, lors du quatrième tour de vote jeudi matin.

« BoJo », 55 ans, avait déjà survolé les précédents rounds de ce scrutin, qui doit désigner les deux prétendants finalistes au poste de chef du Parti conservateur, à qui reviendront les clefs du 10 Downing Street, mais aussi l’épineux dossier du Brexit. Il était déjà arrivé largement en tête lors du troisième tour de vote, la veille, raflant 143 voix sur 313.

Il a été l’un des grands artisans de la victoire du Brexit au référendum de juin 2016. Même s’il a martelé que le Royaume-Uni devait quitter l’UE le 31 octobre, accord renégocié ou pas, ni lui ni les autres candidats encore en lice n’ont levé la main quand on leur a demandé lors d’un débat télévisé mardi soir s’ils pouvaient « garantir » un Brexit d’ici le 31 octobre.

Boris Johnson menace de ne pas payer la facture du Brexit – un montant évalué entre 40 et 45 milliards d’euros – si l’UE n’accepte pas de meilleures conditions pour son pays.

— MICHAEL GOVE

Ministre de l’Environnement et pourfendeur du plastique, cet eurosceptique de 51 ans a joué le rôle de caution pour les partisans du Brexit dans le gouvernement May.

Si Bruxelles accepte de renégocier, il est prêt à demander un nouveau report du Brexit pour éviter une sortie sans accord le 31 octobre.

Ses aveux d’avoir consommé de la cocaïne il y a vingt ans ont plombé le début de sa campagne.

Jeudi, il est arrivé deuxième avec 61 voix, très loin derrière Boris Johnson.

— JEREMY HUNT

Le ministre des Affaires étrangères, 52 ans, avait soutenu le maintien dans l’UE avant de changer d’avis, déçu par l’approche « arrogante » de Bruxelles dans les négociations.

Préférant une sortie sans accord de l’Union européenne à pas de Brexit du tout, cet ancien homme d’affaires pense pouvoir renégocier un meilleur accord avec l’UE, et même avant fin octobre.

Il est arrivé en troisième position de ce quatrième tour, avec 59 voix.

En dernière position avec 34 voix, le ministre de l’Intérieur Sajid Javid a quitté cette course au pouvoir, qui comptait initialement 10 candidats.