Le Kosovo s’attaque au jihadisme dans ses prisons

Pristina – Le Kosovo a lancé le 11 mai un programme de déradicalisation de ses détenus musulmans extrémistes, notamment ceux qui ont mené le jihad en Irak et en Syrie.

En proportion de sa population (1,8 million), le Kosovo est particulièrement concerné par le phénomène : 300 Kosovars, surtout des jeunes, sont partis combattre, dont 50 ont été tués.

Sur une centaine revenus au Kosovo, environ quatre-vingt sont en prison, condamnés ou en attente de jugement.

Les condamnations ne sont jamais inférieures à cinq ans de détention, en vertu d’une loi sur le terrorisme qui visait spécifiquement cette population.

Le ministère de la justice a annoncé le 11 mai avoir passé un accord avec la communauté islamique du Kosovo (BIK), afin d’envoyer vingt imams dans les prisons pour y mener un programme de déradicalisation, par le biais de cours de religion.

« Je suis convaincu qu’organiser des cours de religion pour les détenus va les sensibiliser aux dangers du radicalisme religieux », a déclaré le ministre de la Justice, Abelard Tahiri.

Quelque 90% des Kosovars sont musulmans. Ils pratiquent dans leur immense majorité un islam libéral. Mais une minorité est sous l’influence d’imams radicaux, dont de nombreux ont étudié l’islam dans le monde arabe avant de revenir.