En Allemagne, l’envolée des naissances en 2016 grâce aux mères étrangères

Berlin  –  Les naissances ont fait un bond de 7% en 2016 en Allemagne, où la fécondité atteint un niveau jamais vu depuis 1973, une évolution due notamment aux mères étrangères dans la foulée d’un afflux historique de migrants.

L’office allemand des statistiques Destatis a indiqué le 28 mars qu’en 2016 le  pays avait enregistré quelque 792.000 naissances, ce qui représente un taux de fécondité de 1,59 enfant par femme, contre 1,50 l’année précédente.

« Les mères allemandes ont mis au monde 607.500 enfants, 3% de plus qu’en 2015 (…) les mères de nationalités étrangères ont accouché de 184.660 enfants, ce qui représente une hausse de 25% par rapport à 2015″, relève Destatis.

Il faut rappeler qu’en 2015, l’Allemagne a accueilli quelque 900.000 demandeurs d’asile, en majorité des Syriens, des Irakiens et des Afghans. Un an plus tôt, elle avait déjà reçu quelque 200.000 migrants.

Pour les Allemandes, Destatis explique la hausse des naissances par le fait que la classe d’âge 30-37 ans a plus d’enfants car celle-ci n’avait pas procréé plus jeune.

Pour les étrangères, l’office des statistiques note la « hausse du nombre de femmes venant de pays où traditionnellement la natalité est élevée ».

Ainsi les Syriennes ont eu 18.500 enfants en Allemagne en 2016, contre 4.800 en 2015 et 2.300 en 2014. Les Afghanes ont eu 5.900 enfants (2.000 en 2015) et les Irakiennes 5.500 (contre 2.800 l’année d’avant).

Les Turques, principale communauté étrangère d’Allemagne depuis des décennies, ont elles eu 21.800 enfants, soit 200 de plus qu’en 2015.

Avec ce sursaut, le pays se retrouve dans la moyenne européenne de l’indice de fécondité, après des années en bas du tableau.

L’Allemagne a enregistré en 2015 la croissance la plus forte de sa population (1,2% à 82,2 millions) depuis la Réunification en raison de l’afflux de demandeurs d’asile dans ce qui a été la plus grave crise de réfugiés en Europe depuis la Deuxième Guerre Mondiale.

Or sans l’arrivée massive de réfugiés, la population allemande aurait régressé, le pays ayant enregistré cette année-là 188.000 décès de plus que de naissances.

Selon les projections officielles, l’immigration ne saurait corriger la baisse de population en Allemagne après des décennies de natalité en berne. Les actifs âgés de 20 à 65 ans vont passer de 49,8 millions en 2015 à 43,9 millions en 2035 et 39,6 millions en 2060.