Coronavirus: fêtes et vacances pascales confinées pour les Européens

Paris – Dans une Europe partiellement confinée pour enrayer la propagation du coronavirus, les habitants des pays du Sud, particulièrement touchés se préparent à passer à la maison les fêtes et vacances de Pâques, importante période des pays de culture chrétienne.

Contrôles renforcés, aéroports fermés, célébrations religieuses à huis-clos … à chaque pays ses mesures et recommandations pour freiner les mouvements et rassemblements, traditionnellement nombreux.

Aéroports fermés au Portugal

Tous les aéroports du Portugal seront fermés du 9 au 13 avril.

Pendant ce week-end prolongé de Pâques, la population ne pourra quitter sa commune de résidence que pour travailler dans les secteurs d’activité toujours autorisés sous l’état d’urgence, qui a été prolongé jusqu’au 17 avril.

« La période de Pâques est un moment particulièrement critique pendant lequel il est absolument fondamental de restreindre la circulation sur le territoire national », a fait valoir le Premier ministre Antonio Costa.

Avec 200 décès recensés, le Portugal est pour l’instant plus épargné que son voisin espagnol par la pandémie de coronavirus.

Contrôles renforcés en France

Les Français sont autorisés à sortir de chez eux que pour des motifs bien précis: travail, santé ou un peu d’exercice.

Pas question donc de quitter son domicile pour partir en vacances.

Plus de 160.000 policiers et gendarmes ont été mobilisés dès vendredi, au premier jour des vacances scolaires pour Paris et sa région, pour renforcer les contrôles et faire appliquer les mesures de confinement. Et près de 1,4 million de contrôles ont été effectués entre vendredi et dimanche.

Le confinement a été plutôt bien respecté pendant le week-end, compte tenu de la météo radieuse et du début des vacances scolaires.

406.000 verbalisations ont déjà été dressées depuis la mise en oeuvre de celui-ci, le 17 mars.

Le trafic ferroviaire est par ailleurs extrêmement réduit avec 42 TGV par jour au lieu de 700 habituellement et l’aéroport parisien d’Orly est fermé depuis le 31 mars.

« Pas de vacances » en Italie et en Espagne

En Italie, le pays le plus touché par la pandémie dans le monde (près de 14.000 morts), le confinement qui interdit les Italiens de se déplacer d’une commune à l’autre court au moins jusqu’au 13 avril.

Si le Premier ministre, Giuseppe Conte s’est dit désolé de gâcher les fêtes de Pâques aux Italiens, population à majorité catholique, il a invité la population à respecter strictement les consignes.

En Espagne, tout aussi croyante et également frappée par la pandémie, (11.000 morts), la traditionnelle Semaine sainte (5-12 avril) synonyme de congé sera là aussi un peu particulière cette année.

« Nous avons tous intériorisé que cette Semaine sainte nous n’irons pas en vacances, mais travailler, rester chez nous pour faire un effort supplémentaire pour le bien de tous », a rappelé le ministre de l’Intérieur Fernando Grande-Marlaska.

« Ce sont des semaines cruciales », a-t-il ajouté.

Le responsable de la Guardia Civil, Jose Manuel Santiago a été encore plus clair en rappelant qu’il n’était « pas permis d’aller dans sa résidence secondaire » et que les contrôles allaient être « renforcés sur toutes les routes » pour le week-end pascal.

En Grèce, célébrations orthodoxes à huis clos

Confinés depuis le 23 mars, les Grecs n’auront pas le loisir d’aller à la campagne, comme chaque année, pour Pâques.

Pour encourager chacun à rester chez soi, l’Eglise orthodoxe de Grèce a annoncé que les célébrations se tiendront à huis clos et retransmises à la télévision.

Le porte-parole du gouvernement Stelios Petsas a prévenu vendredi que les péages routiers pourraient être fermés à la dernière minute si nécessaire.

« Il n’est pas autorisé de transiter entre les centres urbains et les village » a-t-il rappelé sur la chaîne Skai TV.

Par les bureaux européens de l’AFP