Comment les pays européens luttent contre le coronavirus

Confinements, contrôles aux frontières, fermetures d’écoles, rassemblements interdits… Voici les principales mesures prises en ordre dispersé en Europe pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus.

Confinement

L’Italie a ordonné à ses habitants de rester chez eux jusqu’au 3 avril. Ils peuvent néanmoins sortir pour travailler, se faire soigner ou acheter à manger. Le gouvernement a décidé la fermeture des commerces autres qu’alimentaires ou liés à la santé.

La Roumanie a déconseillé à ses ressortissants travaillant en Italie de rentrer pour Pâques. Les Autrichiens séjournant en Italie seront rapatriés et confinés.

En Slovaquie, en Croatie, en Lettonie ou à Moscou, les citoyens de retour des principaux foyers de contamination doivent s’isoler chez eux pendant deux semaines

En Belgique, les visites dans les maisons de retraite sont soit interdites soit strictement limitées. En France, elles sont suspendues dans les établissements pour personnes âgées dépendantes.

En Norvège, toutes les personnes revenant de l’étranger seront placées en quarantaine et plusieurs villes comme Bergen et Stavanger interdisent le débarquement de passagers de navires de croisière.

En République tchèque, les restaurants doivent fermer entre 20H00 et 06H00 du matin.

Frontières sous contrôle

La République tchèque a décrété jeudi un état d’urgence de 30 jours et fermé ses frontières aux voyageurs des « zones à risque » (dont l’Allemagne et la France).

La Pologne impose des contrôles sanitaires aux postes-frontières avec l’Allemagne et la République Tchèque.

La Slovaquie interdit l’entrée à tous les étrangers à partir de vendredi matin, sauf aux Polonais.

L’Autriche a suspendu ses liaisons ferroviaires, quasiment fermé sa frontière terrestre avec l’Italie et impose certificat médical et contrôles sanitaires à l’entrée.

La Slovénie a aussi instauré des contrôles sanitaires aux frontières.

Plusieurs compagnies aériennes ont interrompu les liaisons aériennes avec l’Italie, de même que des pays comme l’Espagne, l’Autriche, la Roumanie ou la Hongrie, la Grèce ou l’Albanie.

La Suisse a fermé neuf postes-frontières secondaires avec l’Italie (sur 380), seuls les travailleurs frontaliers étant autorisés à passer.

Ecoles fermées

Toutes les écoles et universités sont fermées jusqu’au 3 avril en Italie et jusqu’au 25 mars en Pologne et en Grèce. Les établissements scolaires sont également fermés en République tchèque, en Roumanie, en Ukraine, en Slovénie, en Lituanie (jusqu’au 27 mars), en Norvège, au Danemark, et en Autriche.

D’autres pays ont opté pour des fermetures locales d’établissements scolaires, comme dans la région de Madrid ou la Catalogne, ou en France dans les régions les plus touchées par le coronavirus. A Paris, la faculté de Tolbiac a été fermée jeudi, un enseignant ayant été testé positif.

La Slovaquie ferme ses écoles, établissements culturels et de loisirs.

En Grèce depuis mardi, toutes les écoles, crèches et universités sont fermées pour deux semaines.

En Pologne, les établissements d’enseignement seront fermés pour quinze jours à partir du lundi 16 mars.

En Irlande, toutes les écoles seront fermées à partir de vendredi.

Rassemblements interdits

Plusieurs pays interdisent les rassemblements de plus de 1.000 personnes, comme la France, la Belgique, la Suisse, l’Espagne (région de Madrid et Catalogne uniquement), le Danemark, la Pologne et la Roumanie.

Certains placent le curseur plus bas: l’Autriche et la Hongrie ont interdit les rassemblements fermés de plus de 100 personnes et ceux dépassant 500 personnes en extérieur. Les Pays-Bas ont interdit les rassemblements de plus de 100 personnes, la République tchèque de plus de 30.

En Bulgarie, les rassemblements culturels et sportifs sont limités à 250 personnes en intérieur, seul un siège sur deux doit être occupé.

En Suisse, le Tessin, canton frontalier de l’Italie, interdit les rassemblements de plus de 50 personnes.

En Italie, comme à Chypre, tout rassemblement est prohibé.

Côté sports, le championnat italien de football est suspendu, comme le championnat espagnol (pour au moins deux journées). Le championnat français se tiendra à huis clos jusqu’au 15 avril.

Transports perturbés

En Italie, le deuxième aéroport de Rome, Ciampino, cessera de fonctionner vendredi soir, tandis qu’un des trois terminaux du principal, Fiumicino, sera fermé le 17 mars.

En Slovaquie tous les aéroports internationaux sont fermés.

Le Danemark et la Russie recommandent d’éviter les transports en commun aux heures de pointe.